Revue de presse

Forum Léo Ferré : d’'autres lendemains qui chantent !

"Le Forum Léo Ferré est une salle de spectacles d’'une petite centaine de places, de type cabaret, gérée par un groupe de bénévoles réunis au sein de l’association "Thank you Ferré". Situé tout près de la Porte d'’Ivry, face à un vieux moulin posé là comme en hommage permanent aux Don Quichotte de la scène, le Forum propose une programmation essentiellement tournée vers la chanson d'expression française non crétinisante".
Peu ou prou, seuls les habitants d'’Ivry-sur-Seine pouvaient ignorer à ce jour le Forum Léo-Ferré, un 175 m2 près de la Porte d'’Ivry, bas d'’immeuble tristounet couleur béton que rien n’identifie vraiment comme salle de spectacle. Mais si le vent laisse tranquille le vieux moulin d’'en face, il n’'en porte pas moins au loin le nom de cette salle, un peu comme un acte de résistance dans l’'actuelle soumission chanson. L’'exemplaire programmation de cette salle est son plus grand fait d'’armes, et la présence sur la scène d'’un des pianos du grand Léo Ferré fait à la fois boussole et ancre dans l’'océan tourmenté qu’'est cet art.
Onze ans après sa création, l’'association "Thank you Ferré" cède les locaux et le fonds de commerce de ce Forum. Le landerneau parisien en est légitimement troublé. Car, paradoxalement, le Forum Léo Ferré est une des rares salles existantes sur la Capitale (à quelques km de Paris) où il est encore envisageable de s’'y produire : une salle qui ne se loue pas à qui veut faire de l’'argent, une salle qui paye ses artistes sans tendre un chapeau et les traite bien. Une salle qui plus est à l'’identité affirmée, sans concessions, sans fautes de goût à moins d’exécrer la chanson dite "à texte".
Mieux qu’'un long discours, un coup d'’œil jeté sur la programmation, depuis l’'ouverture des portes du Forum le 7 mai 2001, montre que cette salle figure incontestablement parmi les lieux qui, contre vents, marées et politiques culturelles (toujours dans le sens du poil et des possédants, soyez-en sûrs), encouragent et défendent la chanson vivante, devenue aujourd'’hui presque totalement ignorée de la presse écrite, de fait interdite de séjour à la télévision et fort discrète ou très nocturne sur les ondes radio. Et qui rame plus que d’'autres pour trouver les deux-trois planches pour s'y produire, les trois-quatre projos pour s’'y parer de lumières.
Alors on s’'inquiète légitimement du sort de cette salle, on suppute, on murmure, on phantasme. Que seront mes amis devenus ? Que va-t-il advenir du Forum Léo-Ferré ? Réponses lors d’'un entretien avec Gilles Tcherniak, Marianne Legier et Jules Bourdeaux.
On aurait pu faire du fric à bon compte et vendre au premier kebab venu : telle n’'était pas la volonté des vendeurs. A l’'annonce de la fermeture du lieu, plusieurs possibles repreneurs ont fait part de projets. Deux d’'entre eux ont été fondus en un seul, pour présenter un projet cohérent. Avec la singularité d'’une double identité juridique : une association loi 1901, "La chanson pour tout bagage" (porteuse du projet artistique et de l’'exploitation) et une S.C.I. (Société Civile Immobilière), cette dernière actuellement encore en recherche d'’actionnaires, qui porte les murs : c’est, à l’'évidence, un investissement à plus-value culturelle. Ils ont été retenus.

"Nous voulons que le Forum soit un lieu culturel dans la ville, pas un corps étranger" clame d'’emblée Gilles Tcherniak, l’'un des futurs acquéreurs. Il est vrai que jadis le Forum Léo-Ferré était invisible à la Ville, parti pris qui fonctionnait sur un réseau. Qui d’'ailleurs, fort de son identité et de sa farouche insoumission, ne sollicitait jamais la moindre subvention. L'’époque est révolue où les nouveaux " tenanciers" ont la volonté non de rejoindre un troupeau mais d'’exister dans la vie, dans la Ville. Et d’'être reconnus comme tels, sans rien abdiquer ni d'’une identité ni d'’une programmation. D’'engager aussi des actions en partenariat avec les acteurs de la commune. Comme l’'envie d'’une programmation " jeune public" même s'’il faudra d'’abord s’'entendre ne serait-ce qu'’avec le Théâtre d'’Ivry Antoine-Vitez dont c’'est un cœour de cible depuis toujours. Léo-Ferré découvrira le dialogue….
Ce sera toujours – évidemment ! – Un lieu dédié à la chanson d’'expression française, sans affrontement entre anciens et nouveaux, systématisant les co-plateaux ou les premières parties. Avec, jure-t’on, ce respect dû aux artistes quant aux conditions de travail et aux cachets. La rénovation des loges, de la machinerie son/lumières et de l’'espace scénique sont d’ores-et-déjà les priorités affichées. Le nombre de soirées devrait aussi singulièrement augmenter : bonne pioche donc pour ces artistes qui tous rêvent de vraie salle et n’ont bien souvent que des bistrots.
Si "l’autogestion" était auparavant de mise et la "programmation" dispersée entre plusieurs bénévoles, c’'est un patron, "une figure", qui devrait désormais gérer le lieu et en signer la programmation : la professionnalisation sera de mise (la mise en place dès maintenant d'une Commission programmation relève donc de l’énigme : on se demande bien qu'’elle peut être la ligne de partage entre des bénévoles et un pro qui tous voudront signer tout ou partie de la grille de programmation ?). Programmation avec toujours cette même ligne rédactionnelle, ce cachet "Forum Léo Ferré" qui vaut pour tous signature et respect. Car les nouveaux propriétaires n’'achètent pas pour faire du bizness mais bien pour préserver cet espace de liberté et d'’indépendance, de presque jacquerie dans ce monde si codifié et au final si effrayant de la chanson.
Le délai ? A priori septembre 2013 pour que se lève le rideau sur cette nouvelle mouture du Forum Léo Ferré. Avec sans doute un grand événement dès juin pour marquer le coup.

Les personnes désireuses, dans le cadre de l'’actionnariat dans la SCI porteuse de la propriété du local, d’'apporter votre contribution financière, qu'elle qu'’en soit la hauteur, peuvent prendre contact par courriel : lachansonpourtoutbagage@orange.fr

 
← Retour