Revue de presse

Le cabaret de la nouvelle chance

La Contrescarpe à Paris. Ce quartier a bercé l’'enfance de Gilles Tcherniak et nourri l’'amour qui ne le quittera sans doute jamais pour la chanson bien faite et bien interprétée. Il nous y a donné rendez-vous pour nous parler du Forum Léo Ferré, une salle de spectacle qu'il a repris avec une équipe d'amoureux de la chanson.

Les premiers froids de cet hiver sont là et nous nous replions dans la douillette salle du café, sur la place Contrescarpe, dans lequel Gilles nous a donné rendez-vous. L'’homme est chaleureux pour qui sait franchir un tempérament naturellement "bagarreur".

Créer et animer "de véritable lieux respectueux des artistes, de leur métier et du public", des salles à dimension humaine, c'est l’'obsession de Gilles. Il tient certainement cela de son père, Léon qui, à deux pas de là, créait, au début des années 50, le "Cheval d'Or", l’'un de ces cabarets qui, pour répondre les mots de notre interlocuteur, étaient des lieux reconnus dans le monde de la chanson, permettant l'éclosion des talents.

Surtout… , me dit-il "…tu écris bien que l'aventure du Forum ce n’'est pas moi tout seul mais celle d'un collectif de bénévoles". Et d'ajouter : "Je préfère le mot militant de la culture, de la chanson".

Gilles m'explique qu'’il ne s’agit pas d’'une création à proprement parlé mais de la continuité d'une salle existante depuis 12 années, gérée par une équipe d'enragés de la chanson. Il ne fallait pas laisser disparaître un tel lieu et assurer la continuité. Le projet de reprise n'était pas évident, un an de réflexion, de réunion, de tour de tables pour réunir les finances nécessaires. Et, le 7 septembre 2013, le Forum Léo Ferré rouvrait ses portes ! Après les intentions, la parole, est venu le temps de l'action….

Au cœour du projet, une démarche professionnelle avec un espace scénique de qualité, une régie son et lumière, un splendide piano Steinway, une programmation rigoureuse et des modalités de rémunération pour les artistes excluant le chapeau qui circule à la fin du spectacle.

"Tu comprendras que pour le syndicaliste que je suis, le chapeau en guise de rémunération est à l'opposé de mes convictions. Ce n'est pas à 69 ans que je vais tomber dans ces travers…. Et puis, nous allons devoir bientôt hausser le ton pour la défense de l'intermittence que le patronat souhaite voir disparaître. J'ai même l'impression que la ministre de la culture va avoir "besoin d'aide…"".

A contre-courant ? Pas sûr !
Voilà bien une démarche un peu à contre-courant des réalités d’'aujourd’'hui ! Comment est-il possible de reprendre, de façon durable et viable un tel lieu, pour une telle activité, avec un tel respect des droits de la création et des créateurs, alors que nous vivons dans la jungle féroce de l'’industrie de la chanson et de la spéculation immobilière ?! Gilles explique : " La base, c'est le collectif, la volonté et l'envie de faire. Nous sommes dans la résistance face à l'envahissement de l'argent dans le domaine culturel. Avec quelques amis, nous nous sommes réunis, avec nos carnets d’'adresses respectifs (nous avons quelques connaissances dans ce milieu de la chanson !) Nous avons lancé une convocation sur le mot d'’ordre "Sauver le Forum" 40 présents ! Nous avons créé une société civile de plus de 60 membres pour racheter les murs, et déclaré une association pour la gestion de l’'activité. Chacun a pu symboliquement acheter une pierre du forum, donner ce qu’'il peut pour donner vie au projet. L'’équipe ainsi créée est un harmonieux mélange d’'amoureux de la chanson, d’'artistes et de ce qu'’il faut de gestionnaires ! Et ça marche. 4 soirs en moyenne par semaine. C'est éprouvant mais on se régale !"

Je l'ai constaté moi-même, la qualité du spectacle le dispute à une rare convivialité (voir encadré). Nous sommes à deux pas de l’'autre côté du périphérique juste à côté du Moulin d'Ivry. Le Forum se veut être un trait d'’union entre ce "parisianisme", quelquefois à tort décrié, et un élément participant à l’'animation de l'’environnement de ce qui n’'est pas encore la banlieue mais n’'est déjà plus Paris avec ce grand "P"… comme Prétentieux quelques fois! La décoration de la façade devrait être confiée à un plasticien confirmé et les relations avec la municipalité d'’Ivry sont en passe de trouver une dimension nouvelle pour inscrire le Forum Léo Ferré plus profondément dans la vie culturelle locale.

Un lieu ouvert à la rencontre des genres et des gens.
"Le Forum Léo Ferré est un lieu dédié à la chanson mais aussi à d’'autres formes du spectacle vivant. Une fois par mois une soirée devrait être consacrée à la musique classique, au Jazz, à des musiques du monde". Rencontre des genres, rencontre des gens, souhait des artistes de sortir des cases et schémas dans lesquels ils se sentent à l’'étroit. Gilles me cite à ce propos ce grand interprète de musique classique habitué aux lourds lambris dorés des grandes salles de concert, volontaire- "parce qu’'il aimerait bien jouer ailleurs"- pour se produire devant la centaine d’'auditeurs que peut au maximum contenir le Forum. Ainsi les habitués des "chansonniers" du Forum pourront se confronter à d’'autres univers sonores. Le Forum mise aussi sur un certain retour en force du spectacle vivant dont on parle ici où là. L'’équipe du Forum vise aussi à élargir le créneau des âges et origines sociales de ses habitués. D’'autres initiatives se préparent comme celle prévue avec le Secours populaire, visant à offrir un spectacle à des gens dont la vie cassée par la société actuelle a, et depuis bien trop longtemps, remisé au placard toute dimension culturelle et de loisirs.

3 cercles de programmation
"Notre programmation est constitué de 3 cercles : des artistes confirmés, le plus souvent vendredi et samedi. Principalement le jeudi, la programmation propose des co-plateaux avec des artistes qui ont déjà du métier et peuvent ainsi conjuguer leurs talents et leur public rexpectif. Une fois par mois, c'est le "banc d'essai", une ouverture vers de jeunes en artistes en construction et qui peuvent ainsi de présenter devant un public averti et dans des conditions professionnelles. Nous souhaitons que de nouvelles générations "s'approprient" le Forum.. La chanson "non crétinisante" comme le disait nos prédécesseurs est peut–-être marginalisée, mais elle vit, elle foisonne de talents elle n’'est pas morte " martèle Gilles". Elle a ses atouts propres face au spectacle aujourd'’hui dominé par la finance. On assiste à une espèce de retour d’'intérêt pour des spectacles vivants qui soient autre chose que de grandes machines financières. A franchement parler le biseness de la chanson ne s'’intéresse pas vraiment à nous. Nous ne craignions pas et il ne craint pas notre concurrence ! Ça n’est pas pour autant une raison pour nous négliger et nous allons nous battre pour percevoir les aides auxquelles nous avons droit : financement public et organismes professionnels, telle la SACEM. !

Nous nous quittons après la très intense prestation du chanteur Remo Gary que le Forum m’a permis de découvrir. La salle était comble, l’'ambiance plus que conviviale. Comme une bonne soirée entre bons amis. Gilles avait donc troqué le sourcil froncé pour un sourire ! Pierre Corneloup

 
← Retour