Au programme du 04 septembre 2015 à 20h30

Jean GUIDONI

04 septembre 2015 - 20h30 | ouverture des portes à 19h00

COMPLET

« Horizontalement le sablier ne sert à rien; c’est renversant ! ». Ces premiers vers de la chanson éponyme Paris Milan introduisent le nouvel opus de Jean Guidoni et donnent le ton de son nouveau spectacle : un voyage intérieur-extérieur dans le temps et l’espace ; celui de l’enfance, de l’attente, des désillusions, de l’espoir, de l’intrigue de vivre, du vertige d’être et d’aimer.

Sous la plume d’Allain Leprest, le souffle de Jean Guidoni hisse le verbe aux sommets de l’interprétation depuis sa reprise de J’ai peur en 2007 jusqu’au spectacle créé en hommage au poète disparu en août 2011, Où vont les chevaux quand ils dorment, dans lequel il partage l’affiche avec Romain Didier et Yves Jamait depuis deux ans.

De sa voix profonde et chaude, soutenue par les mélodies précises et enivrantes de Romain Didier qui a composé toutes les musiques de ce nouveau projet, Jean Guidoni enfile les mots d’Allain Leprest avec autant d’élégance et de conviction qu’il vêt son costume de scène. Car c’est sur les planches que son art rayonne. La scène est son foyer, son habit de lumière. L’ar- tiste entretient un rapport magique voire mythique avec les lieux de théâtre depuis le début des années 1980 tant il aime à scénographier ses tours de chant et à se mouvoir sur les plateaux : les Bouffes du Nord, le Cirque d’Hiver, le Théâtre en rond, la Manufacture des ¼illets à Ivry-sur-Seine, le Cabaret Sauvage ou le Theatre de la Ville sont autant de lieux qui l’éloignent des scènes convenues du music-hall pour le rapprocher de celles de la performance qui font de chacun de ses spectacles un moment unique.

Avec Paris Milan, nouvelle création, composée de, entre autres, douze chansons inédites, il se fait le porte-voix idéal des mots d’Allain Leprest comme précédemment de ceux de Jacques Prévert ou encore de Pierre Philippe qui ont en commun le talent de « faire entrer la poésie dans la chanson sans trop de conventions poétiques et d’atteindre ainsi à l’universel ». Dans cet esprit, il ne souhaite pas que ce spectacle soit conçu comme un hommage au poète disparu mais au contraire comme une nouvelle étape vers la découverte de son univers littéraire. Un univers dont Jean Guidoni se sent d’ailleurs de plus en plus proche à travers le fil rouge qu’il a choisi pour raccorder ses chansons inédites : L’attente, l’envie des choses et la lucidité de ne pas les obtenir. Évoquant des départs sans retour : Partition de septembre, des espoirs de retour : Reviendre, des retours désenchantés : Dans le jardin de Gagarine, le temps fuyant : Le jour baisse toujours trop tôt ou le temps perdu : Copeaux de savon, ces chansons inédites prolongent la quête bienveillante qu’Allain Leprest menait de son vivant : celle, selon Jean Guidoni, de « transmettre un message humain et de témoigner de la difficulté d’être là, face au monde ».

Cecile Prevost-Thomas.

Réservation
 

 
 

Artiste programmé

GUIDONI Jean GUIDONI
Jean Guidoni Paris Milan. « Horizontalement le sablier ne ...
 

Pré-ventes & Réservations

Système de billetterie en ligne par YurPlan